logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/01/2016

L'antisémitisme est-il un racisme comme les autres ?

contre_racisme.jpgL’actualité est tristement ponctuée d’actes racistes. Et lorsque les identités se dressent les unes contre les autres, la langue française fabrique des mots de plus en plus précis pour désigner les différentes stigmatisations : "négrophobie", "islamophobie"… Mais le terme "antisémitisme" garde une place à part. Pourquoi ?


licra.jpgVoilà un sujet Ô combien délicat ! Les mots sont ici tellement  chargés d'affect qu'il faut s'efforcer d'interroger sereinement l'étymologie, le passif historique et... nos propres partis pris.

Au fil des siècles et des persécutions, la langue française puis la loi ont posé des mots et des limites sur les discriminations, mais les termes "racisme" et "antisémitisme" ne remontent qu'à la fin du XIXe siècle. Et, en quelques décennies, leur légitimité a été remise en cause ! Pourtant, ils restent incontournables, parfois redondants mais surtout porteurs d'une mémoire collective. Regardons-les de plus près :

Le "racisme" est une idéologie qui présuppose d'une part que les races existent et d'autre part que certaines sont supérieures à d'autres. Or la science a depuis longtemps établi que la notion de race n'avait aucun fondement biologique ! Quant à la supériorité de certains "groupes ethnico-culturels" sur d'autres, reconnaissons que chacun a tendance à estimer sa propre identité comme plus aimable... C'est humain, tant que le mépris de la différence ne nous déshumanise pas. Le vocabulaire est aussi une convention et le mot "racisme" a survécu à la démonstration scientifique de son inanité. Le comble de l'absurdité linguistique étant l'expression "racisme anti-jeune" : la jeunesse ne pouvant évidemment pas être décrite comme un groupe culturel ou ethnique ! Le mot juste est plutôt "xénophobe", littéralement la peur (du grec "phobos") de l'étranger ("xénos") et, par extension, le rejet de tout ce qui n'appartient pas à mon groupe identitaire.

"Antisémitisme" est construit à partir de "sémite", un terme qui décrit un ensemble de langues parlées sur une vaste zone géographique allant du Moyen-Orient à l'Afrique du Nord. L'hébreu en fait partie avec 8 millions de locuteurs, mais aussi l'arabe (240 millions) ou l'amharique (90 millions). Stricto sensu, l'antisémitisme est une discrimination à l'égard des quelque 345 millions de personnes qui parlent une langue sémite ! Par une série de glissements à la fois sémantiques et idéologiques, "sémite" s'est étendu du concept de langue à celui de peuple, puis n'a retenu que celui parlant hébreu pour finalement désigner les membres d'une même religion : les juifs. Il fallait un mot pour décrire et dénoncer la montée des persécutions qui allait culminer avec le nazisme, mais pourquoi pas "judéophobe" ou "anti-juif", plus factuels ? Le mot "antisémite" est un agrégat confus où se télescopent les notions de peuple, de langue, de nationalité et de religion! Mais le mot est entré dans l'histoire avec la Shoah. Aussi imprécis soit-il, il porte des stigmates indélébiles et reste présent dans la langue comme un devoir de mémoire tacite.

Alors, oui, l'antisémitisme est un racisme... mais, est-il comme les autres ?  L'ampleur de l'extermination orchestrée par Hitler et relayée par Vichy est tellement sidérante que les mots qui la décrivent sont eux aussi hors cadre. Nous ressentons une responsabilité morale à les préserver, comme si leur effacement participait d'un déni révisionniste. D'où des mentions redondantes : la Licra, créée en 1927, reste intitulée "Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme". La loi n° 90-615 du 13 juillet 1990 (1) réprime "tout acte raciste, antisémite ou xénophobe"... D'autres "racismes" portent en eux la trace lexicale de l'histoire : la "négrophobie" ("peur des noirs") utilise ainsi le mot promu par les racistes, "nègre".

D'où ma conclusion : lançons un nouveau mot, la "phobophobie" !

 

 (1) En complément de la loi sur la liberté de la presse du 29 Juillet 1881 qui condamne les actes racistes : injure, diffamation, provocation, violence et discrimination.

 
 

Commentaires

bonjour, c'est magnifique tous ces mots, comme vous le dites si bien, mais il y a la réalité très dure, lorsque j'étais à l'école primaire, j'étais le "sale juif", un peu plus tard, un groupe d'arabe avec des pelles, et, autres trucs de ce genre, ont essayé de me désarçonner de ma moto, lorsque je me rendais à mon travail. tout cela pour essayer de comprendre, pourquoi les mots ne font rien à l’affaire, il y a des techniciens de surface, cela ne concerne plus un travail sois-disant dégradant qu'est l'entretien des surfaces, il n'y a lus de sourd, il y a des mal-entendants. et, en poussant la charrette un peu plus loin, il y a des écologistes, il paraît qu'ils respectent la nature, mais quand on y regarde à plus près, à chaque manifestation de leurs part, quel désastre dans les lieues ou ils se sont manifestés. courtoisement

Écrit par : weltman | 26/01/2016

Desolee Madame ,mais je voudrai preciser. Le terme Antisemite a ete exclusivement [malheureusement] applique uniquement pour les discriminations haineuses vis a vis des juifs.Meme si vous avez raison bien sur sur le fait que le terme Semite englobe tous les peuples du Bassin Mediterraneen.
Du moment que ca n a été applique que pour les juifs, il ne faut pas essayer d assouplir la definition pour la rendre plus digeste. comme le font tous les journalistes occidentaux de par leur acharnement non cache contre Israel.

definition wikipedia :

L’antisémitisme (originellement : anti-sémitisme) est le nom donné de nos jours à la discrimination et à l'hostilité manifestées à l'encontre des Juifs en tant que groupe ethnique, religieux ou racial.

Il s'agit, dans son acception originelle telle que formulée vers la fin du XIXe siècle, d'une forme de racisme dirigée nominalement contre les peuples sémites, regroupés en tant que tels sur base de critères linguistiques, mais ne visant en réalité que les Juifs2.

Bien que certains historiens comme Jules Isaac insistent pour distinguer antijudaïsme et antisémitisme, le second terme est cependant le plus souvent utilisé aujourd'hui pour qualifier tous les actes d’hostilité anti-juive au cours de l'Histoire, que leurs fondements soient raciaux ou non.

Les motifs et mises en pratique de l'antisémitisme incluent divers préjugés, des allégations, des mesures discriminatoires ou d’exclusion socio-économique, des expulsions, voire des massacres d’individus ou de communautés entières.

Definition LAROUSSE :
◾Doctrine ou attitude systématique de ceux qui sont hostiles aux juifs et proposent contre eux des mesures discriminatoires.



Autre Définition de l'antisémitisme:

Etymologie : du grec anti, contre, opposé et de Sem, l'un des fils de Noé dans la Genèse.

L'antisémitisme désigne un sentiment systématique d'aversion envers les Juifs en tant que peuple ou "race", supposée inférieure. Il peut prendre la forme d'une opinion ou d'une attitude hostile, de discrimination (ghetto, expulsion), de racisme, de persécution. L'antisémitisme constitue une négation du droit à la différence.

L'origine du mot "antisémite" est attribuée au journaliste Wilhelm Marr, en 1879 dans un pamphlet anti-juif. Il ne s'agit pas d'une hostilité confessionnelle (contre la religion judaïque), mais socio-politique et économique. La construction étymologique du mot "antisémite", qui n'a été utilisé que vis-à-vis des Juifs, est impropre car l'adjectif sémite désigne en réalité les peuples parlant les langues sémitiques originaires du Moyen-Orient et du nord-est de l'Afrique, et non une ethnie particulière.

L'hostilité envers les Juifs, qui remonte à l'Antiquité païenne, a pour origine leur fidélité à un Dieu unique. Au IVe siècle après notre ère, ils furent accusés de la mort de Jésus-Christ (notion de peuple déicide). L'antisémitisme n'a dès lors cessé de croître au cours des siècles.

L'antisémitisme est allé jusqu'à des formes institutionnalisées de persécutions qui culminèrent avec l'extermination systématique (Shoah) entreprise par le régime nazi qui a fait plus de 5 millions de morts pendant la Seconde Guerre mondiale.

voila Madame. c est en essayant de minimiser qu on attise !

donc il vaut mieux ne pas créer un nouveau mot ! car les maux existent déjà !!!!!

MADAME EVELYNE ALIMI .ASHKELON ISRAEL

Écrit par : ALIMI EVELYNE | 26/01/2016

il y a 20 ans de ce la, j'ai du subir un acte antisémite très violent mais non physique et qui a profondément affecté ma vie, encore aujourd'hui. Je ne porte pas la kippa, ne suis pas religieux mais force est de constater qu'un signe distinctif de "judéité" vous attire des ennuis dans la rue ou n'importe où: des insultes et parfois des coups. Seules les femmes (à la rigueur) peuvent porter un signe comme pendentif ou collier mais les hommes courent un risque à arborer un signe distinctif alors qu'on peut arborer une croix comme pendentif.
On voit resurgir chez certains jeunes des thèmes antisémites qui ont fait florès entre les deux guerres et qu'on croyait "assimilés" par l'éducation et "enseignés" pour éviter les terribles conséquences de la deuxième guerre mondiale et éviter qu'ils ne resurgissent à notre époque.
Nous vivons une crise profonde et sans doute durable de la religion, de son impact et du rôle qu'elle peut jouer et joue encore (heureusement!) pour "humaniser" et civiliser nos sociétés.
"L'humanité n'a rien de plus pressé que d'oublier les drames et tragédies du passé pour pouvoir recommencer" (Bertolt Brecht)

Écrit par : shub | 26/01/2016

Je trouve intéressante votre démarche.
Qui pourrait être instructive, ailleurs qu'en France.
En effet, nous sommes les champions de la polémiques.
Tout simplement, du fait que nous sommes français. (plus intelligent, plus pertinent, en fait plus de tout, que tout le monde et nous le voyons d'ailleurs au niveau des "Droits de l'Homme". Il suffit d'entendre, ou de lire, nos politiques et nos journalistes. Meilleurs économistes, meilleur système d'éducation, meilleurs médecines, meilleurs chercheurs, meilleurs philosophes, etc. En fait nous sommes meilleurs en tout. C'est merveilleux et ce qui est merveilleux, c'est que beaucoup y croit.)
De se fait, le plus important est d'étaler la connaissance, afin de faire voir que l'on est plus instruit que le malheureux ou la malheureuse, qui veut partager une réflexion, en voulant faire voir l'ignorance de l'auteur face à soi maitrisent forcement le sujet.
Donc, taisez-vous et surtout ne changer rien.
Malheureusement c'est le lot de beaucoup de blog.
Madame MONTEIL, merci d'avoir essayé

Écrit par : Brouillet Jean-Louis | 26/01/2016

deux possibilités : ou on supprime le terme de antisémitisme au fait qu'il n 'y a aucune raison qu'un mot spécifique existe pour une singularité de xénophobie plutôt que pour une autre, excepté si ce mot a été créé par ceux là même pour entretenir une compassion perpétuelle à leur égard,
soit on fait entrer dans le dictionnaire le mot de antiislamiste qui me parait aujourd'hui en France et en Palestine bien plus indispensable dans le langage quotidien que celui d'antisémite

Écrit par : philippe vinsonneau | 26/01/2016

Bien dit. En effet il n'est nul besoin d'avoir un nouveau mot pour désigner en fait l'anti-judaïsme ! De plus ce terme est employé maintenant sans tenir compte de son étymologie.
Il est exact que le peuple juif (en fait plutôt une communauté organisée qui ne représente qu'une faible minorité du peuple) joue avec la corde compassionnelle. On se prosterne devant le " génocide " des juifs sans considérer tous les autres massacres de l'Histoire. Il y a en quelque sorte une compétition victimaire, entretenue par une communauté toute puissante.

Écrit par : Michel Henri DUFOUR | 31/03/2016

les différences font parfois peur et cette peur devient violence , désespoir contre une soumission invisible et imaginaire mais bien souvent stupide

violences verbales et gestuelles

Plus amer que la mort est la haine ...

Écrit par : JEAN | 17/03/2016

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique